Bienvenue sur le forum de l'Académie Française des Jedis
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Terwin [Mission 2] [Débriefing à bord du Fidentia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blyz Terwin

avatar

Messages : 25

MessageSujet: Terwin [Mission 2] [Débriefing à bord du Fidentia]   Ven 26 Fév - 12:03

Le Fidentia avait momentanément coupé son champ d’invisiblité pour permettre à la Navette de l’aborder. Les portes du hangar principal s’ouvrirent lentement. Le hangar se trouvait sur le dessus du vaisseau, à la manière des anciens croiseurs de classe Venator qui avaient servi durant la guerre des clones. La petite navette s’engouffra dans le ventre du croiseur et gagna l’aire d’atterrissage qui lui était assigné. Quand Blyz Terwin en sortit, il portait toujours l’enfant. Les quatre commandos qui avaient participé à l’opération descendirent à sa suite, arme à l’épaule, l’air satisfait. Après tout, n’étaient-ils pas les premiers à bord à avoir effectué une mission ? Bon, on ne pouvait pas dire que celle-ci avait été un franc succès mais personne n’était mort et on avait même gagné un passager, semblait-il. Le capitaine s’éloigna, sans doute pour installer l’enfant dans sa cabine tandis que les commandos regagnaient leur quartier en bavassant avec quiconque les croisait.

- On a encore ramassé un orphelin ? demanda un soldat en poste dans le hangar
- Ca, mon gars, c’est le nouveau jedi du capitaine, répondit John Karak. Capitaine Blyz La Force, c’est comme ça qu’on aurait du l’appeler, vu qu’il voit la Force partout !
- En tout cas, la Force est avec notre capitaine, et ça c’est un fait, renchérit Brigo
- Ouais, il manque pas de couilles, le capitaine. Il se bat presque aussi bien qu’un commando, ironisa Brys Clawn
- Soldats, vous avez des armes à briquer, et une tenue à nettoyer ! leur cria Dana, qui marchait devant. Je vous veux au rapport et aussi mignonnes que des twileks dans dix minutes !
- Faut toujours qu’il nous les casse celui-là…
- Lieutenant Karak ! On se passera de vos commentaires !

Ce genre de boutade entre eux était chose courante. Le Commandant Dana charriait volontiers les hommes qu’il affectionnait, et tous le savaient. Se faire engueuler par Dana était comme recevoir un compliment. S’il était vraiment fâché, il se contenterait de vous lancer un de ces regards à pétrifier un Rancor… ou de vraiment vous abattre. Les hommes regagnèrent leurs quartiers, impatients qu’ils étaient de raconter leur mission à leurs camarades…

Terwin entra dans sa cabine. L’enfant semblait exténué, comme vidé par une trop forte dépense d’énergie, et Terwin le posa sur sa couchette. Il lui apporta une couverture et le regarda dormir quelques secondes. Bien, c’était l’heure du débriefing à présent. Blyz actionna un intercom.

- Passerelle, ici Terwin. Monsieur Drekbar, je veux tous les officiers dans le carré d’ici 5 minutes.
- Bien Capitaine.

Quelques minutes plus tard, Terwin pénétrait dans le carré des officiers. Cette partie du vaisseau leur était réservée. C’était un salon composé d’une longue table ovale encadrée par une banquette et par des chaises. Ses officiers l’attendaient déjà. Se trouvaient là son Second Drekbar, le Commandant Dana, le Maître d’équipage Rowbacca, le Chef Mécano Dom Higgins et le Maître Artilleur Glen Jorus. Terwin initia la réunion.

- Avant toute chose, Monsieur Drekbar, avez-vous trouvé des survivants lors de la fouille des débris ?
- Non Capitaine, par contre, nous avons pu récupérer une partie des données de l’ordinateur de bord du vaisseau que nous avons abattu. En recoupant sa consommation et son cap de sortie d’hyperespace, nous avons pu déterminer qu’il venait de Mustafar.
- Bien c’est un début. Etant donné que nous n’avons pas pu capturer de fugitifs, nous ne connaitrons probablement pas les raisons, les auteurs ou les objectifs de cette attaque.
- Pour les objectifs, nous en avons une petite idée, répondit Drekbar. D’après leur ordinateur de bord, il semble que leur cible prioritaire était en fait le Fidentia, pas le Vainer. Ils se sont montrés assez gourmant pour attaquer les deux, et assez maladroits pour commencer par le Vainer.
- Voilà qui est assez troublant.

Blyz Terwin resta quelques instants à méditer là-dessus. Le croiseur ennemi s’était juste trouvé avec le mauvais vaisseau devant lui ? Ou alors son capitaine, trop ambitieux, avait outrepassé ses ordres ? Avait-il réellement espéré détruire les deux vaisseaux ? Dom Higgins prit la parole

- Je propose que nous rétablissions nos communications et que nous fassions notre rapport au COFNOR sur le champ. Nous n’avons que trop tardé. Ils nous transmettront sûrement des instructions.
- C’est une excellente proposition, Monsieur Higgins. Cependant, nous n’en ferons rien.

Les officiers dévisagèrent Terwin comme s’il avait été soudain frappé de folie. Glen Jorus explosa :

- Mais enfin, vous outrepassez votre commandement ! Nos ordres étaient d’engager un combat fictif avec le Vainer. Or voilà que le Vainer est pulvérisé, que nous engageons un vaisseau en combat réel et sans autorisation, que vous vous lancez à la poursuite d’une capsule de survie et que vous refusez de faire ne fut-ce qu’un rapport ? Vous êtes devenu fou ou quoi ?

Blyz Terwin ne perdit pas une goutte de son sang froid et se contenta de lui répondre calmement.

- Monsieur Jorus, nous sommes sur un vaisseau de guerre de la Flotte de la Nouvelle République, et temps que j’en serai le capitaine, je resterai seul maître à bord. Est-ce assez clair ? Bien, cela étant dit, je vais vous expliquer mes raisons. Nos ennemis étaient, semble-t-il, parfaitement au courant de notre position, censée être tenue secrète. Je n’y vois que trois explications possibles : la première : nos ennemis ont un informateur à bord de ce vaisseau. Et si cela était, ce serait l’un d’entre vous, puisque seuls mes officiers connaissent les coordonnées exactes de nos destinations.

Les cinq officiers se regardèrent d’un air abasourdi.

- La deuxième : nos ennemis avaient un informateur à bord du Vainer, probablement un officier supérieur également. Cependant ces deux possibilités me paraissent peu probables.
- Pourquoi cela ? demanda Dana
- Parce qu’un informateur à bord d’un de nos deux vaisseaux supposerait que celui-ci mette sa vie en danger en révélant ses propres coordonnées. Tout homme, aussi stupide soit-il, a conscience que si on lui demande les coordonnées de deux vaisseaux de guerre à un moment précis, ce n’est pas pour les prendre en photo. Et je ne pense pas qu’il y ait un homme prêt à se donner la mort pour trahir. Ce qui nous amène à la troisième possibilité.
- Qui est ?
- Nos ennemis ont un informateur au sein même du COFNOR.
- Vous n’êtes pas sérieux ?
- Si, et c’est pour cette évidente raison que nous ne prendrons pas contact avec la République. Je ne voudrais pas donner à nos ennemis une deuxième chance de nous abattre. Mes ordres m’autorisent de toute façon à garder le silence radio et à me garder de toute détection de la part de notre propre flotte.
- Vous voulez enquêter tout seul ?
- C’est ce que je compte faire en effet…
- Et si nous tombons sur une armada entière de vaisseaux de guerre ? demanda Higgins
- Et bien, ce sera là une excellente occasion de démontrer les capacités de ce vaisseau ainsi que vos compétences de maître mécanicien, plaisanta Terwin. Mais rassurez-vous, maintenant que nous sommes en chasse, je ne compte plus me faire repérer.

Terwin leur laissa quelques secondes pour digérer les informations qu’il venait de leur donner.

- Vous comptiez les poursuivre dès le départ, n’est-ce pas ? demanda Jorus.
- En effet.
- Et c’est pour ça qu’on s’est précipité sur cette capsule… déduisit Dana.
- Et qu’on a fouillé les décombres, reprit Drekbar
- Au lieu de se retirer dans un autre système et de contacter la Flotte remarqua Higgins

Rowbacca poussa un petit rugissement exaspéré et les cinq officiers supérieurs restèrent un moment à dévisager leur capitaine. Qui leur sourit. Et déclara tout enthousiaste :

- Bien, puisque c’est décidé, nous partons en chasse ! Monsieur Drekbar, cap sur Mustafar. Monsieur Jorus, je veux vos canons prêts à tirer à tout moment. Commandant Dana, que vos hommes se reposent, nous ne savons pas ce qui nous attend. Messieurs à vos postes !
- A vos ordres Capitaine ! s’exclamèrent-ils à l’unisson.
- Ah, Monsieur Rowbacca, un mot, s’il vous plait…

Le wookie resta dans le carré pendant que les autres sortaient, se demandant ce que Terwin allait encore lui demander.

- J’ai trouvé un petit garçon durant ma mission sur Tatooine. Je pense qu’il est sensible à la Force et je compte bien le confier aux jedi après cette mission. Quoiqu’il en soit il restera avec nous, alors si vous aviez l’obligeance de lui trouver une couchette à bord et une tenue plus adéquate…

Le wookie aboya qu’il n’était pas une nourrice, et qu’il ne s’était pas engagé dans la marine pour garder des bambins.

- Vous le trouverez dans ma cabine. Ce sera tout, monsieur Rowbacca.

Le wookie partit en continuant à râler. Terwin resta là quelque seconde à se masser les tempes. Finalement, cela s’était passé mieux que prévu. Annoncer à ses hommes qu’ils partaient seuls à la poursuite d’une menace invisible n’avait pas été difficile. Maintenant, il ne faudrait pas les décevoir. Terwin regagna la passerelle du vaisseau qui passa en hyperespace quelques secondes plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Terwin [Mission 2] [Débriefing à bord du Fidentia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kneeboard-briefing
» Briefing de la Mission 00D14 ( Salle de brief du Blue Touch) ( Adj Freeman, Ost, La Firebirds)
» [Programme TV] A bord du Charles de Gaulle
» [A vendre] Naomi+Dim+Lecteur GD , + Confidential Mission
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les aFj :: RPG [en construction] :: RPG :: Nouvelle République :: Armée :: Missions-
Sauter vers: